Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 avril 2010 1 26 /04 /avril /2010 14:52

 

pelerin 12 

La Sainte Baume est une petite montagne à 6 montées, qui toutes mènent à Plan-d’Aups, sur le versant nord. Il existe bien une 7ème montée, sur le versant sud, celle de Riboux, mais elle est en cul de sac et, pour y accéder, il faut contourner le massif, ce qui n’est pas très pratique.

 

Vous le savez, enfin je l’espère, il existe une petite minorité de maniaques de la grimpette à vélo qui adorent exploiter touts les possibilités routières d’une montagne ou d’un mont, en une seule journée. Je vous cite les Cinglés, Fêlés et Fondus du Ventoux, du Grand Colombier et de l’Ubaye (il y en a peut-être d’autres), généralement organisés en confrérie.

 

L’année dernière, je vous avais envoyé par mail un lien sur le blog de Sophie Matter, et plus précisément sur son article les pèlerins de la Sainte Baume. Elle venait d’inventer le concept et, bien entendu, de le réaliser dans la foulée. Ma folie à moi me pousse plutôt à relier les massifs entre eux que d’en ratisser un seul exhaustivement, j’ai donc laissé s’enfouir cette idée… jusqu’à jeudi dernier.

 

Il a fallu que Marc, qui venait d’accomplir 3 montées avec conviction, me rappelle l’existence de cet article très intéressant et je m’y suis replongé… Il y avait dedans assez d’infos, mais comme Sophie M. partait de et revenait à Carcès, elle avait décidé de commencer par Rougiers. Ayant la chance d’habiter Marseille, je me suis dit qu’il valait mieux commencer par Gémenos, de façon à rester le plus possible dans la Sainte Baume. Je me suis donc fait mon étude personnelle, à l’aide de l’outil magique.

 psb mappsb pr

 

Les 185 km et 2815 D+ (2900 à mon altimètre) annoncés par openrunner m’ont parus dans mes cordes (rien à voir avec les 4400 m des 3 montées du Ventoux). Après ma sortie courte de samedi, je me suis dit que ce dimanche 25 avril était le bon jour, même si je n’étais pas certain de surmonter 5 fois la douleur psychologique de remonter une côte que je venais descendre.

 

Je vous donne l’ordre de mes montées : Gémenos (l’Espigoulier, la saveur des grands cols), Mazaugues (les Glacières, avec ses ruisseaux et ses parterres d’iris), Rougiers (la forestière), Nans (la douce), Saint-Zacharie (la contrastée) et Auriol (la minérale, avec à nouveau l’Espigoulier). Pendant ma première ascension, le ciel semblait bien chargé côté est, mais tous ces nuages ont disparu comme par enchantement pendant que je roulais vers Mazaugues. Grand beau temps et température optimale, c’était vraiment le bon jour.

 

Le dimanche est un jour particulier. En ce qui concerne la circulation, la situation s’inverse : peu de bagnoles en bas mais beaucoup sur les différentes routes du massif pour amener les pique-niqueurs et marcheurs. Quant aux pèlerins à deux roues, il y en a dans tous les coins. J’ai fait deux rencontres : Marc (mais oui) qui descendait vers Mazaugues alors que je remontais (il a eu le temps de me dire qu’il ne faisait pas « les pèlerins », je ne l’ai pas revu) ; et Claudine, qui montait de Rougiers alors que j’y descendais.

 

C’était le matin. A midi, je me suis arrêté au Cercle de Nans pour un repas restau qui m’a été servi dans un délai raisonnable. Tout va tellement plus vite quand on roule seul. Pour ceux qui seraient intéressés (mais y en a-t-il ?), manger à Nans, au km 95, a l’avantage de vous faire repartir dans la montée la plus facile. Et, à Plan d’Aups derechef, il ne vous reste plus que 2 ascensions. Vous pouvez vous dire que c’est gagné.

 

Je craignais plus particulièrement la montée de Saint Zacharie, d’abord parce que c’était la 5ème, mais aussi à cause de quelques passages un peu raides pour un pèlerin fatigué. Heureusement, il y a le 3ème plateau, dont la raison d’être est bien de réduire nos souffrances (non ?). Et, tout compte fait, c’est le redémarrage au panneau d’Auriol, pour ma dernière montée, qui m’a le plus coûté. Mais, en retrouvant peu à peu mon rythme de pèlerin, tout s’est à nouveau bien passé, en faisant abstraction de la circulation de plus en plus intense. Je sillonne les routes du coin depuis bientôt 30 ans, jamais la vue du haut de l’Espigoulier ne m’avait parue aussi belle.

 

Je m’accorde le titre ou le grade de Pénitent, pas de Frère, puisque je n’ai pas osé demander à Sophie M. de m’envoyer sa charmante carte de route et que j’ai été tout le long une sorte de pèlerin clandestin. Qu’elle me pardonne d’avoir emprunté son concept, et que Marc me pardonne de lui avoir coupé l’herbe sous le pied.

 

Mais cela vient à toi, Marc.

 

 

 En haut : 

 

pelerin 01

pelerin 02

pelerin 03 pelerin 04 pelerin 06 

 

 

 

 

 

En bas :   pelerin 07

pelerin 08

pelerin 09

pelerin 10

pelerin 11

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Daniel
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : La Roue Ensoleillée, le blog des cyclotouristes de l'ASPTT Marseille
  • La Roue Ensoleillée, le blog des cyclotouristes de l'ASPTT Marseille
  • : Puisque nous sommes des cyclotouristes, notre activité est un subtil compromis entre le sport et la convivialité. Donc de la randonnée, petite, grande et très grande, de la culture sans excés et de la bou..., pardon gastronomie, avec excès.
  • Contact

Contact pour le club

04 91 66 80 60
06 79 75 76 54

npp.rimini@wanadoo.fr

 

Nos rendez-vous


Le maillot

Recherche

D'où viennent-ils ?

Locations of visitors to this page

Et plus précisément...

Geo Visitors Map