Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 mars 2010 7 07 /03 /mars /2010 17:25

Nous étions nombreux au départ de cette édition du tour des Batelières, malgré un froid hivernal et une épidémie de gastro. Le rendez-vous était passé depuis une semaine à 8h mais une retardataire et une crevaison ont eu raison de ce quart d’heure supplémentaire. Cette année, les amateurs de Rougiers se sont abstenus et c’est avec une belle cohésion que nous nous sommes approchés de Méounes. Hélas seulement approchés car un incident mécanique nous a contraints à nous séparer prématurément de Gérard. Ce qui porte à deux le nombre de rapatriements pour cette semaine. Loués soient nos épouses et nos frères !

 

Il commençait donc à se faire tard pour rejoindre la moitié qui était partie faire étape à Signes et nous nous sommes retrouvés à dix au café de Méounes, après avoir fait les courses à la boulangerie parmi les confitures aux noms évocateurs.

 

Personnellement, j’ai toujours été partante pour manger le plus tôt possible mais cette fois, je m’étais préparée physiquement et psychologiquement à pousser jusqu’à Signes dont j’ai appris, au cours de ces dernières années et par la force des choses, à apprécier la place - qui devait toutefois être moins appréciable par ce vent glacial. Et puis c’était tout de même attristant cette scission imprévue.

 

Après le repas, je n’avais plus qu’une envie, faire la sieste, ce qui était complètement incompatible avec le programme de l’après-midi. Heureusement, bien à l’abri, j’ai pu regagner mon canapé dans un délai raisonnable, malgré un petit détour par la Bédoule.

batel 10 04batel 10 01

Partager cet article

Repost 0
Publié par Anne
commenter cet article

commentaires

olivier 10/03/2010 02:02


L'ame d'un club se mesure au nombre de cylos au départ, et son dynamisme se regarde à l'aune du nombre de cyclos arrivés dans le groupe un.

La plaie des clubs provient de cette absence de capitaine de route. Un club de vélo a besoin d'un capitaine de route. Celui qui donne la cadence, permet les sorties pour les sprints en haut des
côtes, et rassure "les plus lents" qu'ils peuvent rouler plus vite sans entamer leur "capital énergie".
La bande de copains a besoin d'un chef pour se subjuguer. Cela se fait naturellement et en silence lors d'une diagonale, comme si la survie du groupe était en jeu, mais pour une sortie banale (tout
de même, les batelières), chacun sait qu'il va y arriver, alors le groupe, le club, ... nakach !
Et pourtant !
Pour avoir fait Marseille Nice et retour avec dans mes roues des "plus lents", j'ai du coup plus de souvenirs et plus de respect à leur égards car pour moi ils se sont dépassé pour être avec le
groupe et du coup ont monté le niveau général de ce groupe là.
Rouler à 28 de moyenne, c'est trop facile.
Rouler à 25 en enmenant 3 cyclos dans sa roue, ça c'est costaud !

Et à l'arrivée, dans les regards échangés, il y a quelque chose en plus.

Je crois que dans le cyclotourisme, ce petit plus est un bonus, en tout cas c'est celui que j'ai eu plaisir à  trouver avec les bleus et noirs.


Présentation

  • : La Roue Ensoleillée, le blog des cyclotouristes de l'ASPTT Marseille
  • La Roue Ensoleillée, le blog des cyclotouristes de l'ASPTT Marseille
  • : Puisque nous sommes des cyclotouristes, notre activité est un subtil compromis entre le sport et la convivialité. Donc de la randonnée, petite, grande et très grande, de la culture sans excés et de la bou..., pardon gastronomie, avec excès.
  • Contact

Contact pour le club

04 91 66 80 60
06 79 75 76 54

npp.rimini@wanadoo.fr

 

Nos rendez-vous


Le maillot

Recherche

D'où viennent-ils ?

Locations of visitors to this page

Et plus précisément...

Geo Visitors Map