Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 12:00



Il y a les sports de combat dont je vous épargne la liste, à base de poings fermés, de mains hachoirs ou de machins pointus. Parmi eux, il y a même des sports de « défense ». Il y a les sports citius-altius-fortius. Il y a aussi beaucoup de sports d’adresse et même d’intelligence (plus rares) mais dont les solutions sont toujours du type citius-altius-fortius. Il y a des sports collectifs où l’on pratique à peu près les mêmes choses, mais en bandes organisées. Il y a aussi un sport masturbatoire dont je tairai le nom pour ne pas me faire plus d’ennemis mortels qu’il convient… Bon, je ne vais pas me lancer dans une typologie du sport, puisque mon objectif est de tous les résumer dans une formule lapidaire : presque tous les sports reposent sur un principe de domination plus ou moins brutale et arrogante.


Mais…

Il y en a un dont le principe est le contraire de l’affrontement : le vélo !

Toute la stratégie du vélo (de compétition) se résume en deux phases : l’échappée et la poursuite. Certes, il y a des poursuivants qui veulent avec entêtement ramener cet étrange sport aux principes de domination classiques et ennuyeux, mais seuls les « échappés » sont dans la lumière. Ils fuient, ils fuient, comme emportés par la tempête et, même quand ils sont rattrapés, ce sont eux les héros.

Mais, oublions les poursuivants, oublions la ligne d’arrivée, oublions le chrono. Il reste quand même au cycliste qui ne fait pas de compétition l’échappée, la fuite. Nul besoin d’être poursuivi pour s’échapper, non pas toujours plus vite, plus haut et plus fort, mais toujours plus loin.

Alors, courage camarades cyclos… fuyons !

 

« Quand il ne peut plus lutter contre le vent et la mer pour poursuivre sa route, il y a deux allures que peut encore prendre un voilier : la cape (le foc bordé à contre et la barre dessous) le soumet à la dérive du vent et de la mer, et la fuite devant la tempête en épaulant la lame sur l’arrière avec un minimum de toile. La fuite reste souvent, loin des côtes, la seule façon de sauver le bateau et son équipage. Elle permet aussi de découvrir des rivages inconnus qui surgiront à l’horizon des calmes retrouvés. Rivages inconnus qu’ignoreront toujours ceux qui ont la chance apparente de pouvoir suivre la route des cargos et des tankers, la route sans imprévu imposée par les compagnies de transport maritime. »  Henri Laborit – Eloge de la fuite.

 

Partager cet article

Repost 0
Publié par Daniel
commenter cet article

commentaires

Michel CLAVERIE 12/10/2009 15:41








velosophe 26/08/2009 08:12

Beaucoup de sports ne sont pas des sports d'affrontement. C'est la compétition qui induit un rapport de domination, y compris dans le vélo.
Mais c'est vrai que le vélo de route a cette spécificité stratégique de la fuite et de la poursuite organisée, et que seule la fuite est belle.

Présentation

  • : La Roue Ensoleillée, le blog des cyclotouristes de l'ASPTT Marseille
  • La Roue Ensoleillée, le blog des cyclotouristes de l'ASPTT Marseille
  • : Puisque nous sommes des cyclotouristes, notre activité est un subtil compromis entre le sport et la convivialité. Donc de la randonnée, petite, grande et très grande, de la culture sans excés et de la bou..., pardon gastronomie, avec excès.
  • Contact

Contact pour le club

04 91 66 80 60
06 79 75 76 54

npp.rimini@wanadoo.fr

 

Nos rendez-vous


Le maillot

Recherche

D'où viennent-ils ?

Locations of visitors to this page

Et plus précisément...

Geo Visitors Map