Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 juin 2017 7 25 /06 /juin /2017 22:26

La canicule n’épargne pas la Provence et malgré la présence de 18 personnes à Calas pour le café aucun de ces vaillants cyclos ne souhaite sortir à la journée pourtant sur un parcours assez court (135 km) et 1300 D+ selon les derniers relevés, voir le blog pour les différents comptes rendus. Donc si personne ne veut venir je serai pour une fois le seul.

J’entends déjà : mais comment va t’il faire pour causer ? Mais on peut causer à sa machine, on peut s’injurier pour s’être trompé de route, parler aux arbres, aux cigales qui vous cassent les oreilles. Donc après Eguilles où s’effectue le dernier rassemblement une partie du groupe n’emprunte pas la route officielle en direction de Rognes mais une voie secondaire. Nous sommes 4 sur le bon parcours et comme le dit le jargon cycliste on envoie les pieds. Pas de pause à Rognes et direction St Christophe (bassin) avec Patrick. A partir de là je suis seul, plus aucune contrainte.

A La Roque d’Anthéron j’hésite sur différentes directions, passe sur le canal et non dessous comme l’indique le road book mais retrouve la bonne route. Une route bien arborée donc de l’ombre et le soleil dans le dos. Les roubines sont pleines et les arrosages vont bon train. Voici Mallemort et là erreur de route, je suis en parallèle de la grande voie mais elle m’entraine trop sur ma droite et me retrouve sur la N7, à l’entrée A7 près de Senas. Là on peut se traiter de « con ». Quand on aime on ne compte pas les kilomètres supplémentaires ; 7 ou 8 sur la nationale mais avec ses platanes donc toujours de l’ombre. Je reviens à Mallemort et enfin retrouve le parcours.

A Alleins une petite visite en centre ville avant d’attaquer le Calvaire. Les cigales sont à l’EPO, j’avale facilement la bosse après m’être rafraichi à la fontaine. Voici la chapelle St Martin mais cette année pas de photo, encore un petit faux plat montant, descente vers Aurons avec ses ralentisseurs en pavés (prudence) et voici le val qui nous même au milieu des vergers et oliviers à Pelissanne. Là les cigales ont dû ingurgiter autre chose que de l’EPO, Tonedron, Maxiton. … ? Certain qu’une sieste réparatrice est impossible tellement c’est bruyant. Il est 11h30, 96 km au compteur au lieu de 82. Repas, pas repas. J’opte pour un arrêt repas après apéro, pas rompre les bonnes habitudes, au café-restau Lou Pataclé. Je vais me régaler avec un magret de canard-frites maison-salade assaisonnés à la fleur de sel de Camargue et en dessert des abricots avec un bon rosé bien frais.

13h il est temps de repartir pour accomplir les 50 derniers kilomètres si je ne me trompe pas de route et ce sera le cas. Pas de thermomètre mais il fait chaud, très chaud mais les fontaines sont nombreuses, donc en s’arrosant avec le bidon c’est supportable. Voici les 4 termes, le vent s’est levé et comme dab il est défavorable. Descente des termes de Coudoux après avoir grimpé, fontaine bienvenue, un peu de frais le long du canal. Inutile de vous conter le reste du parcours, Roquefavour son viaduc et l’Arc, St Pons, la boucle est bouclée, l’Arbois et sa gare TGV ainsi que le Val de Duranne qui a bien grossi (en habitations et commerces), faux plat montant avec vent dans le nez pour arriver à Calas. Deuxième halte de la journée au bar habituel car plus de fontaine ou pas su la trouver, vous essaierez quand vous y passerez. Donc une bonne pinte de bière avant de terminer par Septèmes et rentrer par Aygalades-St Barthelemy-Belle de mai… Arrivé vélo rangé : 16h

Voilà, l’hiver il fait froid, l’été il fait chaud c’est tout à fait normal et logique. Il faut savoir se faire un peu violence si on pratique le sport cycliste. Même en solo on peut faire de beaux parcours (voir Jipi ou Daniel dans un autre temps). Oui mais c’était avant, bien avant.

Au compteur : 154 km - 6h20’ de selle - Dénivelé sur le même parcours : 1300m

 

PS : Même si nos écrits n’appellent pas de nombreux commentaires j’écris ces quelques lignes pour nos anciens qui ne peuvent plus physiquement participer aux longues sorties.

Au fait pas de coup de soleil, tête fraiche. A bientôt sauf vacances !

 

Entre Luberon et Alpilles

Partager cet article

Repost 0
Publié par Denis
commenter cet article

commentaires

jipi 26/06/2017 22:33

"c'était avant, bien avant" (ej te cite, Denis) : dans mon tour de huit jours que je viens de terminer j'ai effectué un jour solo (162 kms) à l'aller et un magnifique Mison - Céreste - Marseille en 2 jours, au retour, (235 kms)... en fait les randos au long cours courent toujours et c'est tant mieux, même quand il fait chaud mais je pense qu'en vélo on a moins chaud qu'à pied... D'ailleurs, le problème, c'est quand on s'arrête ! Allez, ciao, au 2 juillet pour les 110 ans du club, avec ou sans canicule !

Marc de LUC SUR ORBIEU 26/06/2017 18:39

J'aime bien en préambule " un parcours assez court (135 km)" . Avec cette chaleur ces kilomètres comptent double (au moins pour moi). Parcours bien géré tout de même et je constate que comme dans notre club, le soleil fait fondre le peloton des "vaillants". Vivement quand même qu'il fasse moins chaud tout de même.

Nadine 26/06/2017 08:22

La solitude ça n'existe pas
La solitude ça n'existe pas
Chez moi il n'y a plus que moi
Et pourtant ça ne me fait pas peur
La radio, la télé sont là
Pour me donner le temps et l'heure
J'ai ma chaise au Café du Nord
J'ai mes compagnons de flipper
Et quand il fait trop froid dehors
Je vais chez les petites soeurs des coeurs
La solitude ça n'existe pas
La solitude ça n'existe pas
Peut-être encore pour quelques loups
Quelques malheureux sangliers
Quelques baladins,quelques fous
Quelques poètes démodés
Il y a toujours quelqu'un pour quelqu'un
Il y a toujours une société
Non, ce n'est pas fait pour les chiens
Le Club Méditerranée
La solitude ça n'existe pas
La solitude ça n'existe pas
Tu te trompes, petite fille
Si tu me crois désespéré
Ma nature a horreur du vide
L'univers t'a remplacée
Si je veux, je peux m'en aller
A Hawaii, à Woodstock ou ailleurs
Et y retrouver des milliers
Qui chantent pour avoir moins peur
La solitude ça n'existe pas
La solitude ça n'existe pas

Tu aurais pu chanter cette chanson de Gilbert Bécaud à ta "machine".....

Anne 25/06/2017 22:32

Bravo Denis, tu as prouvé que même de nos jours on peut encore faire de beaux parcours en solo. Pour ma part je déteste la violence donc je me suis contentée de 130 km et d’un retour à 13h30. Mais la prochaine fois que tu vas à Rognes je te conseille d’essayer le « mauvais » parcours, toi qui es friand des petites routes à faible circulation tu ne le regretteras pas.

Présentation

  • : La Roue Ensoleillée, le blog des cyclotouristes de l'ASPTT Marseille
  • La Roue Ensoleillée, le blog des cyclotouristes de l'ASPTT Marseille
  • : Puisque nous sommes des cyclotouristes, notre activité est un subtil compromis entre le sport et la convivialité. Donc de la randonnée, petite, grande et très grande, de la culture sans excés et de la bou..., pardon gastronomie, avec excès.
  • Contact

Contact pour le club

04 91 66 80 60
06 79 75 76 54

npp.rimini@wanadoo.fr

 

Nos rendez-vous


Le maillot

Recherche

D'où viennent-ils ?

Locations of visitors to this page

Et plus précisément...

Geo Visitors Map