Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
7 août 2016 7 07 /08 /août /2016 07:28
Le TGV bleu…

 

En effet, ce matin le «train bleu» tenait plus de ces machines «supersoniques» modernes que des mignonnes michelines de notre enfance, l’âge moyen de la section me permettant aisément de m’exprimer ainsi !

Pourtant, en cette matinée encore bien ventée du samedi 6 août, la deuxième édition de la sortie «Peyrani» qui permet, au départ de Marseille, d’aller admirer jolis villages et magnifiques paysages luberonais, aurait dû inciter notre peloton à davantage de contemplation, de douces rêveries. Certes, la sècheresse du mois d’août se prête moins à ces sensations qu’au printemps avec son herbe verdoyante, son coquelicot si rouge, son tournesol qui se prend pour un soleil, toutes ces palettes de couleurs qui enivrent le badaud, ou bien qu’à l’automne qui fait s’embraser la vigne et empreindre d’ocre la feuille de chêne… Et ce n’est sûrement pas pour rien que ce membre de l’Excelsior qui a donné son nom à cette superbe balade la programmait en avril. C’était aussi pour permettre de parcourir un nombre important de kilomètres avec des difficultés moyennes ; en quelque sorte un palier dans l’entraînement annuel.

A Calas, tout le monde ne trouvera pas de quoi s’asseoir en même temps sur la terrasse de notre QG habituel, tant le peloton est étoffé ! Avec le lot habituel des «sécateurs, serpes d’or, faucilles ou utilisateurs d’automobiles», j’aurais bien du mal à vous conter ce que tout le monde aura parcouru mais là n’est pas mon propos ! Le mistral nous gêne à peine mais, surtout, nous épargne des températures très élevées annoncées par les météos. Roquefavour, Coudoux, la montée des 4 Termes : même nos terres connues resplendissent sous l’égide de notre vent légendaire. Après Lambesc, les derniers «wagons» décrochent et il est temps de se compter pour les candidats au «tour» du jour : 13 – j’en connais un qui sera heureux de pas être des nôtres !

Et c’est là, dans ces contrées superbes, boisées ou tapissées de cultures (vignes, oliviers, blés, lavandes, tournesols) que les locomotives vont démarrer, laissant un peu trop derrière un Jipi «Lonesome cycling boy & today not a long way from home» ! Il s’énervera un peu mais appréciera ces mas au pied des collines, la longue muraille boisée du Grand Luberon, dominée par le Signal du Mourre Nègre (point culminant du massif à 1 125 m d’altitude), la ligne bleutée par l’horizon que forment la Saint-Victoire et la Chaîne de l’Etoile, reconnaissable grâce à la dent carrée du Pilon du Roi, sans parler des villages de pierre à la couleur de la terre du pays, tirant un peu sur l’ocre : Cucuron et son grand bassin, Cabrières puis la Motte d’Aigues, St-Martin–de-la-Brasque, Grambois, perché sur son épaulement boisé – vu d’ici, l’on comprend pourquoi l’on monte tant après ce village pittoresque lors du Moyen triangle – et enfin la Tour d’Aigues, capitale du Pays d’Aigues et bourgade médiévale avec ses tours d’un Château qui semble suspendu au-dessus de la vallée… En clair, des oasis d’ombre dans cette terre brûlée par le soleil !

C’est ici que se tiendra la pause méridienne qui engendrera la sempiternelle séparation sandwiches – fourchettes… Je ne sais pas si cela est dû à la tension des panses mais l’allure est modérée à la sortie du restaurant. Le groupe des «sandwiches» a filé devant et nous passons Pertuis sans les erreurs ni les perditions de l’an dernier. Un peu de mal à suivre mes camarades ensuite mais paquet bleu et blanc jamais loin. Après le Puy Ste Réparade, la chouette et sylvestre grimpée de La Cride, du nom du petit hameau que l’on traverse, permet un regroupement général des 13 cyclos en son faîte ! Vent de dos, ça va filer dare-dare sur le plateau de Puyricard. Plein des bidons et ablutions bénéfiques à la fontaine de ce village renommé pour sa chocolaterie. La dernière bosse nous mènera à une autre fontaine, cette fois-ci à Eguilles, car il fait chaud maintenant, avec ce vent de dos qui ne produit plus son effet de ventilation… Un vent de dos qui va exacerber les traditionnelles cassures après la descente de cet autre village perché ! Nouveau parcours en solo pour votre narrateur qui boycottera  la BBF de Calas ! Sera-t-il le seul ? Je n’ai pas la réponse…

En résumé, une très belle sortie qui mériterait d’être parcourue à allure plus raisonnable et par une saison moins sèche, cependant très accessible aujourd’hui grâce à ce bon mistral.

 

Mes chiffres : 167 kms, 8 heures de vélo à 20,9 de moyenne et 1 640 D+ selon Denis ;

Les 13 : Denis, Jacques M, Jacques S., Jean-Jouis J., Joël, Franck, Pierre, Noël, Thierry P., Gérard, Jean-Pierre BO., Paulo et votre serviteur.

Partager cet article

Repost 0
Publié par JiPi
commenter cet article

commentaires

louis. G 15/08/2016 19:52

Charles Peirani tenait un cycle au début de l'avenue de Montolivet. Il n'était pas membre de l'Excelsior.
Il s'occupait des "Randonneurs Marseillais".

Jack 07/08/2016 18:10

Bel article Jipi, comme d'habitude, et je vois que ta colère d'hier a disparu à la modération de tes propos.
Pour venir étayer tes dires, je préciserais en 1er lieu qu'à midi lorsque les 8 "fourchettes" se désaltéraient en attendant le repas, Pierre a proposé un titre à l'article que tu allais très certainement écrire: "dommage que Nadine n'était pas là..". Ceci pour illustrer le fait que la sortie était particulière pour moi à ne pas avoir à attendre ma moitié. Cela m'aurait levé du milieu du jeu de manivelles que nous avons mené toute la journée.
En 2e lieu je livre à tous mes stats pour comprendre ton mécontentement : 169kms, 6h58 de vélo à 24,3 de moyenne et dénivelé similaire. Je plaide coupable sur ce coup, mais ça fait parfois du bien de lâcher les chevaux.
Mon cher Jipi, j'espère que tu ne m'en voudras pas, j'ai cependant toujours attendu les regroupements avant de lancer le train bleu.

Marc de LUC SUR ORBIEU 07/08/2016 14:59

Encore une sacrée "balade" ! Entre la longueur du parcours, le dénivelé positif et les heures de selle, c'est un véritable "marathon vélocipédique". Il faut avoir quand même une sacrée forme pour arriver au bout d'un tel périple. Bravo les "Marseillais". Et les cigales, elles chantent aussi chez vous ?

Denis 07/08/2016 10:42

Seul notre ami Jipi un peu grincheux ce samedi car il reprenait sa "bicyclette" et non son vélo peut vous conter aussi bien cette belle randonnée. Il connait sur le bout des doigts toutes ces contrées et peut vous citer toutes les montagnes environnantes, les sommets, les bourgades et je peux dire qu'il nous manque quand il ne fait pas partie de nos sorties. Il n'a pas eu la dent dure pour "casser" certains de nos cyclos qui dépassent allègrement la vitesse du touriste que chacun de nous devrait être. Par rapport à la première édition qui s'était déroulée en Avril 2015 le peloton était amputé d' au moins 50% Trop chaud? Vacances?Saturation?
A Calas où nous avons pris le traditionnel café nous étions 24 (pour les stats), sinon les données de Jipi selon d'où vous partez de Marseille sont correctes, évidemment les habitants du 8ème peuvent ajouter un vingtaine de kms (AR). Merci à notre Jipi sans qui nos sorties auraient bien moins de saveur.

Présentation

  • : La Roue Ensoleillée, le blog des cyclotouristes de l'ASPTT Marseille
  • La Roue Ensoleillée, le blog des cyclotouristes de l'ASPTT Marseille
  • : Puisque nous sommes des cyclotouristes, notre activité est un subtil compromis entre le sport et la convivialité. Donc de la randonnée, petite, grande et très grande, de la culture sans excés et de la bou..., pardon gastronomie, avec excès.
  • Contact

Contact pour le club

04 91 66 80 60
06 79 75 76 54

npp.rimini@wanadoo.fr

 

Nos rendez-vous


Le maillot

Recherche

D'où viennent-ils ?

Locations of visitors to this page

Et plus précisément...

Geo Visitors Map